Brochure créationniste, 3

Publié le par Maylala

 

Et maintenant, de la théorie de l’évolution !

 

4. Toutes les formes de vie ont-elles un ancêtre commun?


C’est la partie où j’ai le plus appris de choses nouvelles :

En particulier, que si on croit bien comme il faut (c'est à dire, littéralement) en la Bible, on est obligés de croire qu’il n’y a pas eu d’évolution des espèces. (Et accessoirement, et en conséquence, que l’homme a fréquenté les dinosaures, et les dauphins terrestres, et que Noé en a emmenés faire un tour sur son yacht).

En arrivant à cette partie je me suis dit : ça a dû demander du boulot, et carrément plus de foi que la partie origine de la vie. Car on ne manque pas d’arguments, tout de même, pour dire que l’homme est cousin du chimpanzé. Et d’arguments assez intuitifs, en plus.

 

Devant de telles évidences, les auteurs de la brochure ont dû sortir une nouvelle déclinaison de leur arme fatale : non plus la toute simple ignorance, mais l’erreur scientifique. Découverte par des scientifiques évolutionnistes, bien sûr.

 

Apparemment, le principe darwiniste de l’origine unique de la vie pourrait être erroné, et là, c’est le moment où vous bossez vous-même, les amis, et où c’est vous qui m’expliquez pourquoi, moi, je n’ai plus internet, et la brochure se garde bien d’en dire plus (les arguments, apparemment, proviendraient de comparaisons de gènes).

Ce qu’elle dit aussi, c’est que les « archives fossiles » témoignent d’apparitions soudaines de nouvelles espèces, suivies de longues périodes sans évolution, au lieu de l’évolution graduelle qui aurait dû avoir lieu selon la théorie de l’évolution.

Mettons que je n’y vois pas de mauvaise foi, que j’accepte que ce sont des constats faits par des gens intelligents qui ont pris en compte le fait que les fossiles sont relativement rares, que la discontinuité des conditions extérieures, par exemple climatiques (je pense aux dinosaures) est intégrée à l’équation, et cetera.

 

Alors, c’est la théorie classique de l’évolution qui est remise en question. (J’en reparlerai)

Et des scientifiques l’ont compris ! Et ils travaillent à de nouveaux modèles. Mais en se basant sur l’ancien, et surtout, en partant des mêmes principes fondateurs, qui sont communs avec ceux des autres Sciences « tangibles » : le hasard comme moteur de base, et le fait que les divers événements et les diverses propriétés soient purement "mécaniques"(conséquence des éléments présents, et des lois de la physique qui s’appliquent à eux) ou aléatoires.

En fait, les scientifiques font leur boulot de scientifique : ils tentent d’expliquer le monde sans passer par l’idée d’un créateur.

 

Et voici venir l’argument ultime de la brochure :

« S’acharner ainsi à ne pas vouloir croire en l’intervention de Dieu, jusqu’à tenter d’arranger les preuves des erreurs précédemment commises en un nouveau système, n’est-ce pas faire preuve d’une certaine foi ? »

Une foi en l’absence de Dieu ? Peut-être y a-t-il de ça. Et c’est assez facile d’en arriver là, aussi facile que de croire parce que le monde est beau : c’est que même si l’on s’est un peu plantés sur ce coup-ci, il y a tellement d’exemples dans lesquels la réalité coïncide avec les théories créées selon ce principe scientifique !

 

Et surtout, quand bien même nous aurions tort.

En attendant, nous soignons des maladies, et nous envoyons des hommes dans l’espace (enfin, pas encore moi mais un jour viendra où je participerai).

Et surtout, nous faisons notre boulot ! Tenez, je vais tout arrêter, dit le prix Nobel de la Physique, parce qu’au fond on s’en fiche, c’est Dieu qui tient les rênes… Ça aurait peut-être du sens, mais ça ne serait pas très courageux, si ?

En tout cas, j’en serais bien désolée. Qu’est-ce que ça m’enthousiasme, l’idée de toute cette nouvelle théorie de l’évolution à construire !

 


  5. Est-il bien raisonnable de croire en la Bible?


Mmh… amis scienteux, professeurs, parents, futurs parents de tout poil, si vous êtes avec moi : rendons le monde propice à la découverte de cette nouvelle théorie, qu’on ferme le clapet à ces créationnistes pendant une petite dizaine d’années. Montrons-leur !

 

(ps : je plaisante, enfin non, j’aime l’idée du challenge, mais je respecte, pas seulement par principe, mais aussi parce que pour le coup, il y a un effort d'esprit relativement critique, je crois)

Commenter cet article

Wakajawaka 05/12/2010 18:12



Je débarque comme un cheval (de l'apocalypse, vu le sujet) dans la soupe primordiale.


Commençons par les courtoisies : beau contenu sur ce blog, et belle présentation du texte : ça donne envie d'y revenir.


(Fin des courtoisies... passons aux choses sérieuses).


Comme il est question de créationisme, je voudrais saluer le don tout particulier des "docteurs" des religions du livre pour leur capacité surprenante à faire fi de l'histoire de leur propre
religion(s).


Car la création telle que présentée dans les bibles modernes n'est que le fruit de multiples réécritures et variations certaines particulièrement cocasses, dès qu'on jette un oeil du côté des
origines des religions chrétiennes par exemple.


J'en avais abordé un aspect à propos d'un article d'Euterpe sur Hildegarde von Bingen (ici http://lesaventuresdeuterpe.blogspot.com/ ).


"Dieu" au sexe changeant, parfois androgyne et incapable de créer par lui mê, usant de la scissiparité, de l'autofécondation hermaphrodite, j'en passe et des plus -et moins- cocasses.


Etrange que ces religions qui prétendent nous donner des cours d'histoires soient aussi anmésiques dès qu'il s'agit de leur propre "genèse" et de la "genèse de leur genèse" (ça va je ne suis pas
parti trop loin ? ah si... je suis par là : me revoici).


Agnostique par raison, je trouve que les religions devraient être traitées comme ce qu'elles sont (à mes yeux) de beaux ouvrages mythologiques -avec parfois des petits bouts de philosophie
dedans- qu'il ne faut pas prendre trop au sérieux, ni au pieds de la lettre. Ce qui ne m'empèche pas de compter des croyants et des religieux parmis mes amis, et d'avoir de passionnantes
discussions avec eux sur... les religions !



Maylala 07/12/2010 00:58



Bonsoir bonsoir!


Tout d'abord, je suis ravie d'avoir de la visite, qui plus est si courtoise, qui plus est de plus de quelqu'un dont les textes me laissent stupéfaite d'admiration et d'effroi.


Tout ensuite, non en fait, l'effroi c'est mal. Du coup le fait de n'avoir rien d'intelligent à répondre me semble équivalent à rater un important examen de passage. Du genre, puisque nous y
sommes, de celui dont l'examinateur est supposé être Saint-Pierre. Stress.


Je réponds tout de même (bien que je me sois aperçue qu'il n'y a pas vraiment de question): je me demande aussi.


J'ai remarqué que les "nouveaux chrétiens", évangélistes, protestants, témoins de Jehovah, qui ont refusé le système catholique, prétendent l'avoir fait surtout à cause de ses "ajouts": cultes,
agents intermédiaires de Dieu, interprétations qui leur semblent dicutables de la Bible, et aussi choix des passages qui y figurent.


Ils prétendent aussi, en placant la Bible (en fait, leurs versions qu'ils considèrent comme complètes), sa lecture et son étude au centre de toute leur foi, avoir accès à la vraie parole de Dieu.
Si bien que certains m'ont semblé les confondre. Ouvrant une page au hasard à la fin d'une prière, et y voyant une réponse à celle-ci, par exemple.


Ce qui est une foi comme une autre, après tout. Croire en un livre, en ses pouvoirs, et croire qu'il contient l'absolue vérité.


Mais voilà, je comprends que ça fasse sens pour les gens qui la lisent un peu naïvement. Qui n'ont pas conscience que leurs versions ont été établies par des intermédiaires de leurs cultes à eux,
et dont rien ne dit qu'ils sont vraiment bien intentionnés. Et qui n'ont pas conscience non plus de la génèse de la Bible dont tu parles. Persuadés qu'ayant évité quelques interférences, ils ont
parcouru assez de chemin pour considérer les avoir éliminées toutes.


Et les autres, qui en ont conscience?


J'aurais probablement dit: des manipulateurs. Mais en écrivant cet article, justement... J'en suis venue à penser que, comme pour les Sciences, certains des "docteurs" dont tu parles réussissent
à accorder ce qu'ils sont bien obligés d'admettre et leur foi en ce livre. Comme s'il était si magique, si sacré, comme si que rien que par son nom, et quoi qu'aient été les intentions des hommes
qui l'ont arrangé à leur façon, il n'avait rien pu perdre de sa valeur. De son sens profond, et même du sens de chacune de ses phrases.


Une foi, en somme.


 


Au plaisir de te revoir! (et de lire ta réponse à ma réflexion un peu candide, peut-être?)


 


ps: J'ai un peu fouillé le site correspondant au lien, sans parvenir à l'article en question, mais j'avoue ne pas l'avoir fait très minutieusement.



Mademoiselle Catherine 14/11/2010 09:00



Pour le coup, je t'avoue avoir beaucoup de mal à respecter des prises de position pareilles parce que je les trouve extrêmement dangereuses.


On peut certes en rire (et je ne me prive pas), mais prendre la Bible au pied de la lettre revient à présenter l'homosexualité comme une maladie, les relations sexuelles "pour le plaisir" comme
contre nature et les femmes qui ont leurs règles comme impures... et je ne suis pas certaine que ce soit une bonne chose :/



Maylala 16/11/2010 11:33



(Pardon pour le retard, je n'ai accès à internet que très épisodiquement, en ce moment)


Je suis bien d'accord, mais je ne voulais pas polémiquer. Je connais des gens qui croient en tout ça, et pour qui j'ai beaucoup de respect (et d'amitié), et qui ne sont pas pour autant
intolérants: peut-être, simplement, pensent-ils qu'on n'ira pas au paradis. Pas de quoi vouloir faire de nos vies des enfers. (Mais tous ne sont certes pas comme ça)


Halte aux dérives, d'accord. Mais aux croyances elles-même, non.


Et je sais bien que la limite est floue.