Jouer l'intello

Publié le par Maylala

Depuis que j'y vis, je pense de Paris: quelle ville merveilleuse, à chaque coin de rue, il y a une possibilité latente, et moi, j'y suis la belle au bois dormant. Un jour, je m'y éveillerai.

Aujourd'hui, vie culturelle, vie d'intello! Il est parfois bienvenu de se laisser ballotter par le destin, nous sommes Samedi, j'ai du travail et un bazar incommensurable sur le bureau, alors, après en avoir bien digéré l'idée (trois heures, je crois, chez l'Homme), je me décide à rendre visite à la très belle et très impressionnante Mme la Bibliothèque Nationale de France.
Si impressionnante qu'à peine y suis-je entrée (après avoir ouvert mon sac aux vigiles et avoir fait sonner le portique de sécurité), on me demande: "C'est pour le débat?", et fidèle à ma ténacité légendaire, je laisse là mes intentions de travailler, et dis oui, et m'y voilà.

"Filmer la scène", ça s'appelle. Au premier rang d'un amphi/cinéma (plus communément nommé le Petit Auditorium), en face d'une scène. Avec cinq fauteuils qui me font face, et de petites tables entre eux et des micros, et surtout, de petites bouteilles d'eau, ce qui m'impressionne plus que tout le reste. Paraît qu'il va y avoir Cédric Klapisch, le type qui m'a fait dormir dans l'avion l'autre jour, mais peut être n'est-il pas en faute, le pauvre, c'était un vol de onze heures.

Dans l'assistance, pas mal de dames, relativement âgées, très parisiennes, et qui ont l'air très, très très intelligentes. Je me réjouis, au moins, j'ai sorti mes plus jolis talons. Et puis des jeunes, pile de la catégorie qui concentre le plus gros de ma phobie sociale: les bien-dans-leur-peau-qui-savent-ce-qu'ils-veulent. De très très jolies filles, probablement actrices, habillées tendance défilé automne / hiver 2010, et d'autres, pas mal non plus, mais plutôt "lookées" bohême. De la même trempe, mon voisin arbore de vieilles baskets toutes pourries d'artiste, ce qui jure terriblement à côté de mes bottines, mais qui doivent faire carrément moins mal aux pieds. Pour ne pas être en reste au milieu de cette foule de gens du milieu, je prends mon cahier, en prenant bien soin de ne pas laisser apercevoir mon poly de probas.

Ah! Voici les cinq futurs assoiffés. Pas fichue de reconnaître Klapisch. Je confonds avec Romain Duris. Nan mais ya un rapport, c'est pas trop trop la honte. Et puis j'ai reconnu une tête, un type de la TV, mmh, d'une chaîne d'intellos justement, je peux le dire parce que je regarde des chaînes d'intellos. Ca m'occupe sans m'empêcher de me concentrer, quand je fais du repassage. Il va présider/présenter le débat. Je sens confusément que c'est un sacré honneur, et il y a Benoît Jacquot aussi, et un ptit jeune réalisateur, et le directeur des projets culturels de France Télévision, et là c'est plus trop un honneur, comme va me l'apprendre la suite des événements, mais chut, ça commence, je range mon cahier ça fait un peu gamine, finalement.


(...)


Amis lecteurs, je vous recommande (jusqu'à nouvel ordre) vis-à-vis de la vie l'attitude dite "du petit Bambi": car chaque jour offre son lot de leçons. Aujourd'hui, j'ai appris que:

- Les intellos n'aiment pas la tv
- Les intellos n'aiment pas la vulgarisation
- Les intellos aiment s'entendre parler
- Les intellos pensent que les gens de la province n'ont qu'à habiter Paris, et que le petit peuple n'a qu'à faire preuve de bonne volonté pour se tirer de sa condition misérable.
- Je n'aime pas beaucoup les intellos.

Monsieur le directeur des projets culturels de France Télévision, si vous me lisez, je vous remercie d'avoir filmé des pièces de théâtre qui à l'occasion me distraient agréablement de mon découvert trimestriel. Goût, mauvais goût qui est le mien, merci de ne pas me permettre d'être hautaine et méprisante de mes semblables. Bottines, mes amours, qui êtes si jolies mais si inconfortables, merci de m'avoir préparé, d'avance, à cette leçon sur la perfidie des apparences.

Et merci à toi, actuel lecteur et futur commentateur, de me mentir, toi qui es fin psychologue, toi qui sais qu'en réalité j'en fais un complexe, de me dire que mais si mais si, je suis une intello aussi!

Commenter cet article

Mademoiselle Catherine 13/10/2010 12:47



T'inquiète, Maylala, tu vaux bien mieux que ça, car être "intello", ce n'est jamais qu'une question d'attitude, non?


J'ai la chance d'avoir l'air (beaucoup) plus jeune que mon âge, alors je passe souvent pour une petite chose sans cerveau (bien que je sois une petite brune à lunettes), et ça m'amuse d'en jouer,
surtout quand mon vis-à-vis déblatère sur des sujets qu'il connait visiblement moins bien que moi. Et PAF, dans tes dents, monsieur l'intello autoproclamé!


Et bien, dans ces cas-là, je suis toujours drôlement fière de moi :)



Maylala 14/10/2010 00:35



Héé! Petite-brune-à-lunettes-qui-fait-bien-moins-que-son-âge-powaa! Oui, montrons-leur!


En fait, je sais bien que c'est idiot et caricatural. Mais c'est comme ça, je me fais mon complexe d'infériorité, paraît-il très créole, en tout cas très moi. Faudrait que j'en reparle.


En tout cas, merci! Et à bientôt, j'espère!