De la grande honte de n'être que Femme

Publié le par Maylala

J'ai entendu à la télévision un chroniqueur se rengorger du fait que les femmes humoristes ne parlent et ne font jamais rire que de l'intime.
Cela démontre encore une fois, a t-il dit, que les féministes nous ont embêté pour rien, elles ont prétendu à plus que leurs aînées et aujourd'hui elles n'aspirent qu'à avoir en public les mêmes conversations que celles qui se tenaient autrefois entre leurs grands mères en cuisine.

Et j'ai eu honte.

Petite précision tout de même: j'ai honte assez facilement, et la déesse guerrière Culpabilité, si elle ne siège pas chez moi, y a en tout cas établi de solides quartiers.
Et, depuis ces quartiers, elle siège même sur un peu plus que ma personne.

Bref, ce soir là, j'ai d'abord eu honte pour moi-même.
Je m'étais dit que ma qualité particuière (il m'en fallait une) pourrait être ma sensibilité (pas au sens de faiblesse, mais mettons, de proximité avec mes sentiments).
D'un coup d'un seul, ce monsieur m'a donc asséné que d'abord ça n'était pas une qualité, et qu'ensuite elle ne m'était pas du tout particulière.

Viite! a sommé ma fierté de femme à mon cerveau assomé par ce coup à l'ego, vite trouve-moi des contre-exemples. Il existe bien des femmes qui ont dépassé l'intime et se sont attaquées au monde, des femmes pour qui l'égalité avec les hommes était absolument nécessaire!

Je ne suis pas douée d'une immense culture (non, je le disais, mon truc, c'est la sensibilité), et à propos des quelques exemples qui me sont venus en tête, puis à propos des femmes libres fortes et indépendantes que je connais, je me suis dit: A coup sûr, sous chaque coup d'éclat, derrière chaque destin à longue portée, il y a l'amour pour un homme, l'envie de briller pour lui, une revanche à prendre, l'instinct maternel projeté vers ce qui est faible, un vécu, un passé douloureux, une identification. De l'intime masqué.

Et je me suis alors demandée: est-ce bien différent pour un homme?

Un chromosome X de moins, un chromosome Y de plus, l'absence de rythme mensuel (je parle surtout d'humeurs), une éducation qui reste différente, ... sont autant de raisons de croire ceux qui disent qu'hommes et femmes viennent de deux planètes différentes.

Alors bon, ces Martiens que sont les hommes auraient plus que nous le sens de la grandeur? Leurs voeux seraient tournés vers des accomplissements qui dépasseraient leur échelle, temporelle et spatiale, les dépassant tellement qu'ils toucheraient même à d'autres dimensions! Allons bon, la spiritualité est-elle si étrangère aux natives de Vénus?

Yasmina Reza, dont je lis en ce moment, avec beaucoup de fébrilité, le roman Une Désolation, m'a apporté une réponse.
En fait, j'y avais déjà pensé, mais pas en des termes si parlants, et aussi, elle les fait dire par un personnage masculin très réaliste, tout ce qu'il y a de plus convenablement viril, qui a pour moi autant de réalité qu'un vrai homme, tant est grand le pouvoir des excellents écrivains:

 "Le monde n'est pas en dehors de soi."


Autrement dit, et j'aurais voulu le dire au chroniqueur: au fond, en substance, en essence, quelle différence? aucune!

Bon, ce n'était pas son propos, lui disait juste que le féminisme lui tapait sur les nerfs. A cela j'ai quand même une réponse qui découle de la précédente: Si nous sommes les mêmes, hommes et femmes, en substance, il n'y a aucune raison pour qu'il n'y ait pas égalité en droit.
(Que l'on recherche l'égalité dans les faits me semble par contre absurde: nous avons des manières différentes d'envisager les mêmes problèmes, avec des résultats différents.)
Et bien sûr, tout ceci a été énoncé de manière très manichéenne, mais le monde change et les genres se confondent et se mélangent, et ce monsieur a tort d'une façon bien plus directe que celle par laquelle je suis passée en voulant non pas défendre les femmes mais défendre les comme-moi.


Quoi qu'il en soit, c'en est fini de ma culpabilité au nom de la moitié de l'humanité.

Femmes au foyer, mères dévouées, coeurs sensibles et prêtresses de l'intime, rappelez vous que vous vivez autant que les "grands hommes" ... votre divinité.



nb: Et quant à la particularité, la valeur ajoutée que je cherchais à mon sujet, et bien je crois que j'en ferai un autre article. Vous le sentirez venir, il aura vraisemblablement une forte odeur de narcissisme.
















Commenter cet article

Jayce 30/01/2010 23:24


j'en etais sur !! il n'ya que lui pour sortir des trucs pareil !!


Maylala 01/02/2010 03:54


je vais finir par avoir l'air de tout le temps regarder la tv moi!
(il y a une part de vérité je le crains)


Jayce 28/01/2010 01:33


j'aime bien l'humour que tu déplois dans cet article !!! et là encore je ne peux te donner que raison ( une fois de plus).... le chroniqueur en question, c'etait pas Eric Zémour ? non
parcequ'on dirait !!!


Maylala 28/01/2010 07:23


oui oui, bien vu, c'est bien lui!!