Ouh le Scandale!

Publié le par Maylala


Jeudi, jour de rattrapage médiatique.
Chaînes télévisées sérieuses en fond sonore, et tout internet à portée de souris.

Et l'objet du scandale médiatique, aujourd'hui, c'est l'histoire éternelle et sans cesse renouvelée du monsieur qui dit ce qu'il pense et dont les pensées ont un parfum de ça-ne-se-fait-pas.

Et comme souvent, il est question de racisme.
C'est monsieur Eric Zemmour, qui a dit dit-on:

 “Les Français issus de l’immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes… C’est un fait”


Ce qui a fait scandale. Scandale, quoi, vous savez, le gros mot avec un S majuscule implicite et qu'on articule plus que les autres.



Bon, commençons par prendre de la distance vis à vis de ces propos, que je ne fasse pas scandale moi même. D'abord, comme l'a fait remarquer maître Eolas (mon nouveau maître à penser): peut être croit-on qu'il y a plus de délinquance avérée chez "les noirs et les arabes" justement parce qu'on les contrôle plus souvent, et parce que donc, on les attrape plus souvent. Et du coup, le "favoritisme policier" (j'ai cherché un terme politiquement correct) pourrait n'être qu'un arc d'un cercle vicieux. (Après, ceux qui s'ennuient peuvent relancer le constructif débat de qui de l'oeuf ou de la poule.)

(C'est le moment de placer une première leçon illégitime de morale:
Méfiez vous, amis lecteurs: les plus courtes argumentations sont souvent aussi mauvaises, et tiennent souvent autant du bluff que les très longues!)



Parenthèse terminée.
Maintenant imaginons que ce journaliste de monsieur ait par exemple grandi "dans la cité", et qu'il ait plutôt déclaré:

 “Les Français issus de l’immigration sont plus contrôlés que les autres, c’est un fait, parce que la plupart des policiers sont racistes… ”

Il y aurait eu le même lever de boucliers, mais venant d'autres clans.


Ca n'aurait certes pas été plus sympathique de sa part, ça n'est pas là mon propos. Tout ce que je constate, moi, c'est qu'il n'est plus permis, de nos jours, d'avoir le moindre avis.

Autre exemple: la question de l'égalité entre hommes et femmes dans le meurtre, le viol et autres joyeusetés. Que quelqu'un dise qu'il n'y croit pas, et les malheureuses victimes seront outrées, et les anti féministes crieront à la mauvaise foi. Qu'un autre dise qu'il y croit, et les féministes (pas les "égalitaristes"!) et amoureux des femmes-ces-doux-agneaux s'insurgeront à leur tour.

A mon humble avis... et il s'applique presque partout (vous devriez essayer): le vrai est entre les deux. Ou les trois, quatre, selon la complexité du débat.

Ce qui ne signifie pas qu'on doit lyncher le moindre porteur d'opinion tranchée!

Au final, au lieu de débattre sur le sujet sur lequel cette opinion a été exprimée, les gens bien pensants, pour la plupart, finissent par s'accorder sur un seul point, qui se résume en:

"celui-là, il aurait mieux fait de se taire".


Et le mot est lâché, il y a scandale, et l'on fait beaucoup, beaucoup pour très peu.
Vous ne connaissez pas, vous, de personne qui pense que les policiers sont racistes? Ou qui pense comme monsieur Zemmour?
Dans mon beau chez moi tout réuni, on n'en finit pas avec les clichés cousins de celui-là. Et que les indiens lancent des malédictions par ci, et que les arabes sont radins par là... Rien de tout cela ne me scandalise plus depuis longtemps, et je vois dans ma neutralité (teintée d'amusement) une preuve supplémentaire du fait que je suis un être civilisé.
Ce petit racisme tient à la fois de l'ignorance et du folklore, on vit tout de même très bien ensemble, sur mon île, et au fond, c'est surtout pour avoir de la conversation. Mais quand bien même ça ne serait pas si gentil!

En vérité je vous le dis: la tolérance, c'est aussi laisser s'exprimer ceux qui nous semblent intolérants.

Et, pour les intolérants envers les intolérants (qui donc, ne se tolèrent pas eux-mêmes, c'est amusant): faire taire quelqu'un est le meilleur moyen d'en faire un martyr, tandis que débattre avec lui est le seul moyen de prouver qu'il a tort.

Voilà pour la multiple leçon de morale du jour.




Commenter cet article

Jayce 01/04/2010 21:42



oui tu as raison... c'est le prix a payer pour la liberté d'expression...  il faut etre capable d'entendre les choses que l'on aime pas ou qui nous derange. et c'est extremment
important, d'autant plus que plus il parle et dis des chose de ce genre et plus les gens se rendent compte de ce qu'il est . et ça, ça vaut mieux qu'un mec qui avance masqué par le
politiquement correct.