XX Powaa

Publié le par Maylala

Quand je fais le bilan de mes lectures, je constate invariablement que j'ai lu, dans ma jeunesse (dans ma "construction"), avant tout sur la seconde guerre mondiale, sur l'après seconde guerre mondiale, et sur des thèmes reliés à la seconde guerre mondiale.
Suivent, je pense, les livres pour enfants pleins de bons sentiments, les livres de contes, les policiers, les histoires de petits rats d'opéra, les romans de ma mère, mais en bien moindre proportion, puis, une floppée de livres à thèmes entremêlés.
Et aujourd'hui, je suis une pacifiste vigilante, qui croit en la profonde bonté de l'humanité et au prince charmant, qui fait des maths et qui pense pense pense, qui aime le rose, et qui se fait chaque jour des films à base d'amour-passion. Et plein d'autres trucs.

Je réalise depuis peu qu'un autre thème a été majoritaire, mais surtout dans l'après-construction, dans ce que je présume être la phase de consolidation, qui se poursuit aujourd'hui.

Le féminisme.
Je ne lis pas sur le féminisme en soi. Mais dès lors qu'une femme un brin moderne écrit autre chose qu'un livre de cuisine, c'est un acte féministe. Dès qu'un personnage féminin décide de poursuivre ses rêves, idem. Ou de ne pas se laisser marcher sur les pieds par un homme. Ou réussit à le battre sur "son terrain".
Du petit féminisme, donc. Pas de quoi faire de moi une personne impliquée. Une femme libre, tout au plus. Un peu comme la plupart des femmes d'aujourd'hui, je pense: pas d'accord pour se taper toute la vaisselle, mais affirmant sans complexe son bonheur à changer des couches (presque).

Sauf que j'entends de toutes parts des voix dénonçant une dangereuse régression alors que, déjà, rien n'était franchement accompli.
Et sauf que je sens peser sur mes épaules une responsabilité: je suis une fille qui fait des maths, c'est plutôt rare... Je me dis parfois qu'il faut absolument que je poursuive dans cette voie, et surtout pas que je devienne une énième institutrice, pour la fierté de mon sexe (pour qu'il garde la tête haute, j'allais dire, mais ça portait à confusion)...

Je n'ai jamais été très ambitieuse. Il me semble que c'est par bon sens, parce que l'argent et les emplois du temps surchargés ne font pas le bonheur.
Mais la fierté de soi fait le bonheur, elle. La mienne pourrait passer par la belle famille que j'aurai sûrement, par de petites victoires au quotidien, par un vague engagement écologique (d'ailleurs faut que je vous parle d'un truc)... pourtant je sens comme un besoin d'un peu plus grand (déjà, il y a ce blog, mon narcissisme fait pixels), certains jours.

Le féminisme, m'est avis, consiste en la préservation d'autant de possibilités pour les femmes que pour les hommes. Ce pour quoi on est sur le bon chemin.
Quant à l'étincelle de désir de voir loin et grand... J'imagine qu'elle devrait être favorisée partout, par principe d'égalité, pour donner l'occasion à tout talent d'éclore, pour notre dynamisme économique, et cetera.
Mais, et je l'ai déjà dit je pense, la vraie "grandeur" est déjà bien répartie, et pardon, mais il y en a peut être même plus de ce côté-ci.



Allez, je suis sûre que ma grandeur peut s'exprimer en une écrasante réussite aux exams. Que je montre ce qu'une fille a dans le ventre .

Commenter cet article

JiBé 12/03/2012 15:41


Je ne me plains pas des chiffres, car oui la plupart du temps ils ne mentent pas, je me plains de l'interprétation qu'on en fait, par exemple on trouve normal que les assurances pour les jeunes
hommes soient plus chères parce que les chiffres disent qu'il y a plus de risques qu'ils se scratch contre un mûr, ça ne choque personne, mais les chiffres disent aussi qu'en embauchant une jeune
femme on a 100 % plus de chance que dans les 3 ans elle parte en congé maternité, et ce de ce fait, les chiffres expliqueraient qu'on préfère embaucher un mec, et pourtant rien qu'en disant ça
là, je sens les foudres féministes qui aimeraient s'abattre sur moi!! Qu'on soit bien d'accord, je suis contre la discrimination à l'embauche des femmes, totalement contre...
Je n'aime juste pas cette société où l'on établit des hiérarchies entre les discriminations parce que oui dsl mais un jeune mec qui paie 25 % plus cher sa première assurance alors que par
definition il n'a encore jamais eu d'accident, on peut me dire ce qu'on veut ce n'est pas normal..
Ce que je reproche, c'est cette impression de devoir toujours marcher sur des oeufs quand on parle de ce genre de sujet, car très vite on est catalogué anti féministe primaire, je n'en suis pas
un ( enfin... lol ), je me bats tellement souvent avec mes CM2 filles pour qu'elles fassent des sciences, en leur disant que dans toutes les promos que j'ai connues les meilleurs étaient des
filles...
bref tout ça pour dire que je pense parfois que les femmes ne veulent pas l'égalité, elles veulent prendre la place qu'elles pensent être celle des mecs... qui eux ne savent plus vraiment où est
leur place, y'a trente ans, les choses n'étaient pas parfaites ( loin de là ) et je ne dis pas que je veux revenir à cette époque, mais au moins les choses étaient claires... on pouvait ne pas
être d'accord, mais au moins on savait contre quoi on se battait, maintenant les femmes prennent ( et c'est très bien ) de plus en plus de place, pas encore assez? oui mais justement, quand ce
sera assez? 50 % partout, dans tous les métiers, mouais une société comme ça, je vous la laisse...
PS : je carricature un peu, je sais... mais il y a un questionnement derrière, si si ;)

JiBé 10/03/2012 22:20


Alors, en lisant le titre de cet article je me suis dit " ah je sens que je vais pas être d'accord avec ce qui est écrit ", et ce pour plusieurs raisons, déjà par principe, je trouve ça toujours
plus amusant de ne pas être d'accord, et surtout parce que j'ai insidueusement remarqué qu'il n"y avait rien de plus efficace pour créer une discussion animée que de se prétendre anti féministe
primaire...
QUelle ne fut pas ma surprise de découvrir que j'étais d'accord avec un peu près tout, où est le problême alors?
Il n"y en a pas, enfin juste un coup de gueule quand je lis, j'entends les combats de certaines associations féministes de nos jours, je ne m'étendrai pas sur le combat hautement important de la
disparition du " mademoiselle " dans les papiers officiels, ni même sur le fait qu'on a reproché à OBAMA d'être allé jouer au basket après une réunion uniquement avec ses collaborateur masculins,
(quelle preuve de machisme, vraiment!!!) mais plutôt sur l'impression que j'ai parfois qu'on me reproche d'être un homme, je sais très bien vivre dans une société patriarcal, etc etc, que je ne
peux me rendre compte à quel point les femmes sont spoliées, dans ce monde, je le sais, je pense même souvent que c'est injuste... pourtant je m'insurge contre cet état de faits, qu'on puisse
dire sans poursuite judiciaire au journal de 13 heures que les hommes conduisent plus mal que les femmes ( bon mauvais exemple me concernant je sais ), que l'on puisse dire sans sourciller qu'une
femme présidente forcément ce serait mieux car elle n'a pas l'esprit guerrier d'un homme (mouais ), etc etc ( je suis crevé d'autres exemple ne me viennent pas )
Bref ce que je veux dire, c'est que je suis pour la parité mais la VRAIE, tu sais pas celle qui met 50 % de femmes sur les listes électorales, mais en suppléante, celle qui fait que lors d'un
divorce, on puisse évoquer la garde alternée comme préférable , parce que oui, un enfant a autant besoin d'un papa que d'une maman, celle qui donne vraiment aux femme le pouvoir de s'exprimer...
pas juste pour faire beau sur la photo
Je me rend bien compte que ce commentaire n'a pas de fil conducteur, il est tard et je me suis perdu, je vais donc le terminer en disant que je suis moi aussi prêt à devenir féministe, mais le
jour où on parlera des vraies problèmes, pour le moment, j'ai juste l'impression de devoir m'excuser d'être un mec, je ne suis pas responsable de ce qu'ont fait les précédentes générations, je
suis un homme d'aujourd'hui, qui est conscient qu'être une femme en 2012, c compliqué, mais être un homme aussi, de ce constat, je demande qu'une chose, qu'on s'aide... qu'on se parle, bref qu'on
vive ensemble... et ça à mon avis, c pas gagné...

Maylala 11/03/2012 23:40



Alors, en relisant cet article, oh comme il me semble court et inachevé!


Et depuis, j'ai passé beaucoup beaucoup beaucoup (trop?) d'heures sur internet et je crois que mon avis s'est affiné... D'ailleurs faut que j'écrive un truc... Ça devrait parler d'anti-féminisme
primaire justement. Et de la difficulté à être homme aujourd'hui.


En fait, mon article n'est pas spécialement inachevé, c'est juste que le sujet est immense, et que je l'ai mine de rien abordé tout plein de fois sous pas mal d'angles différents. Tu verras ça si
tu continues à lire mon blog dans ses moindres recoins comme tu l'as déjà si bien commencé ;)


 


ps: Où est le problème au sujet des journalistes qui brandissent des statistiques en disant que les hommes conduisent plus mal que les femmes? Je ne crois pas que les chiffres mentent, d'autant
qu'ils confirment mon expérience personnelle (même si je suis un mauvais exemple :p), et puis ils ne sont pas plus stigmatisants que ceux qui prouvent qu'il y a plus d'hommes que de femmes qui
font des Sciences... sauf pour les nostalgiques... en somme, pour les vrais machos :)
(tu voulais du débat, en voilà!)